Déconfinement : protocole national afin d'assurer la santé et la sécurité des salariés

// Textes nouveaux
12 mai 2020

Ce protocole de déconfinement à l'attention des entreprises vise à assurer la santé et la sécurité des salariés lors de la reprise du travail. 
Il indique que, conformément aux principes généraux de prévention, la démarche de déconfinement mise en place dans chaque entreprise/établissement doit conduire, par ordre de priorité à :

  1. éviter les risques d’exposition au virus ;
  2. évaluer les risques qui ne peuvent être évités ;
  3. privilégier les mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle

Important : non spécifique au Covid, ce protocole rappelle également l'importance, si les lieux n’ont pas été fréquentés dans les 5 derniers jours, de laisser couler l’eau afin d’évacuer le volume qui a stagné dans les canalisations intérieures pendant la durée de fermeture (risque légionelle à ne pas oublier et d'autant plus important pour les salariés amenés à prendre des douches sur le lieu de travail).

 

Ce protocole est construit autour des 8 thématiques ci-dessous.

I – Mesures barrières et de distanciation physique 
Rappels des gestes barrières et des mesures de distanciation physique.

II- Recommandations en termes de jauge par espace ouvert 
Jauge = critère « universel » d’occupation maximale des espaces ouverts au public et en milieu de travail.

Ce critère est fondé sur l’estimation du nombre de mètres carrés par personne (m²/pers), nécessaire pour permettre à des personnes présentes simultanément dans le même espace (salariés, clients, etc.) d’évoluer dans le respect des règles de distanciation physique. Il a été fixé à 4m² minimum par personne, ce qui doit permettre de garantir une distance minimale de 1 mètre autour d’une personne (dans toutes les directions)

III– Gestion des flux de personnes
L’équilibre à trouver est délicat : une régulation excessive des circulations peut conduire à des pratiques de contournement, éventuellement dangereuses, si elle entrave trop les déplacements. …
Pour toutes ces raisons, des plans de circulation doivent être mis en œuvre mais sous une forme incitative plus que contraignante (fluidifier plutôt que ralentir).

IV- Les équipements de protection individuelle (EPI)

Il est rappelé d'utiliser les EPI en dernier recours et d'organiser leur approvisionnement constant et leur évacuation.

V – Les tests de dépistage 
Les campagnes de dépistage organisées par les entreprises pour leurs salariés ne sont pas autorisées.

VI – Le protocole de prise en charge d’une personne symptomatique et de ses contacts rapprochés

En présence d’une personne symptomatique (notamment fièvre et/ou toux, difficulté respiratoire, à parler ou à avaler, perte du gout et de l’odorat), la prise en charge repose sur : l’isolement / la protection / la recherche de signes de gravité.

VII – La prise de température
Un contrôle de température à l’entrée des établissements/structures est déconseillé mais le ministère des Solidarités et de la Santé recommande à toute personne de mesurer elle-même sa température en cas de sensation de fièvre et plus généralement d’auto-surveiller l’apparition de symptômes évocateurs de COVID-19. 

VIII- Nettoyage et désinfection
Fréquences de nettoyage :

  • Nettoyage fréquent des surfaces et des objets qui sont fréquemment touchés
  • Nettoyage journalier des sols
  • Nettoyage journalier des matériels roulants, infrastructure de transport, aéronefs.

Note : Le terme désinfection utilisé ici vise la destruction du coronavirus uniquement avec un produit actif sur ce virus (et non une opération de désinfection sur des micro-organismes beaucoup plus résistants, rencontrés par exemple en milieu de soin ou dans des laboratoires médicaux).

Réouverture après confinement : si les lieux n’ont pas été fréquentés dans les 5 derniers jours, le protocole habituel de nettoyage suffit. Aucune mesure spécifique de désinfection n’est nécessaire. Il est uniquement recommandé de :

  • Bien aérer les locaux
  • Laisser couler l’eau afin d’évacuer le volume qui a stagné dans les canalisations intérieures pendant la durée de fermeture.