Covid-19 : personnes vulnérables ou immunodéprimées

// Textes nouveaux
29 sep 2021

Un dispositif d’indemnisation des arrêts de travail dérogatoires pour certains publics, notamment pour les personnes fragiles, a été créé dans le cadre de la crise sanitaire de la Covid-19. Ce dispositif évolue à compter du 27 septembre, concernant désormais
1) les personnes vulnérables (1) dont le poste de travail est susceptible de les exposer à de fortes densités virales et qui ne peuvent pas bénéficier de mesures de protection renforcées. Les 3 conditions sont cumulatives!
2) les personnes immunodéprimées (2) qui ne peuvent pas recourir totalement au télétravail. Les 2 conditions sont cumulatives!

Ces personnes vulnérables ou immunodéprimées doivent demander un (nouveau) certificat d’isolement à un médecin qui confirmera qu'elles se trouvent bien dans l’une des situations médicales de vulnérabilité. Attention : les anciens certificats d’isolement ne sont plus valides.

L'Assurance-maladie indique sur son site les modalités s'appliquant à compter du 27 septembre pour en bénéficier : https://www.ameli.fr/isere/assure/actualites/covid-19-les-personnes-vulnerables-doivent-demander-un-nouveau-certificat-disolement

(1) personnes se trouvant dans l’une des situations médicales de vulnérabilité précisées par le décret du 8 septembre 2021, à savoir : a) Etre âgé de 65 ans et plus / b) Avoir des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV / c) Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications / d) Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) / e) Présenter une insuffisance rénale chronique sévère / f) Etre atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) / g) Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) ;
h) Etre atteint d'une immunodépression congénitale ou acquise, non sévère :
- médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
- infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
- consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ; liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
i) Etre atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins / j) Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie / k) Etre au 3ème trimestre de la grossesse / l) Etre atteint d'une maladie du motoneurone, d'une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d'une tumeur maligne primitive cérébrale, d'une maladie cérébelleuse progressive ou d'une maladie rare / m) Etre atteint de trisomie 21.

 

(2) personnes se trouvant dans l’une des situations médicales d'immunodépression précisées par le décret du 8 septembre 2021, à savoir :  

  • avoir reçu une transplantation d’organe ou de cellules souches hématopoïétiques ;
  • être sous chimiothérapie lymphopéniante ;
  • être traités par des médicaments immunosuppresseurs forts, comme les antimétabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine) et les AntiCD20 (rituximab : Mabthera, Rixathon, Truxima) ;
  • être dialysés chroniques ;
  • au cas par cas, être sous immunosuppresseurs sans relever des catégories susmentionnées ou être porteur d’un déficit immunitaire primitif ;